Blog

05
Nov

Initier et accompagner la transition agricole dans les villages indiens

A cause de la sécheresse grandissante, les familles de petits agriculteurs ne peuvent plus continuer leurs pratiques traditionnelles. Trop consommatrices en eau, les cultures ne sont plus appropriées à la nouvelle donne climatique. Rain Drop accompagne donc les agriculteurs vers des pratiques agricoles mieux adaptées au contexte environnemental et plus rentables sur le long terme.
Focus sur quelques actions initiées avec les villageois dans la région de Marathwada.

Des potagers biologiques entretenus par les femmes
Suite au constat des infirmières concernant les conséquences d’une mauvaise alimentation chez certaines villageoises, nous avons décidé de favoriser avec elles du petit maraîchage : nous avons ainsi distribué des graines à 80 femmes issues des 5 villages du projet Ayur.

SEEDS
Rain Drop a tout d’abord acheté des graines à une entreprise agricole de la ville de Pune qui propose des produits naturels, puis a confectionné un kit potager. Ce dernier est composé de 10 espèces, dont des tomates, des radis, des aubergines, des haricots, du piment… Chacune des 80 familles du projet a reçu un kit. Cette étape passée, il nous reste à présent à mettre en place 4 parcelles potagères « témoin », afin que les femmes puissent s’en servir comme modèle pour leur propre activité de maraîchage.

Une formation aux pratiques agricoles innovantes

Le 29 septembre dernier, nous avons organisé une formation animée par le Dr Narendra Joshi, à laquelle ont participé 48 agriculteurs.

L’idée de créer cette formation est partie de deux constats : d’une part, nous nous sommes rendu compte que les agriculteurs n’étaient pas enclins à tenter de nouvelles expériences dans leurs champs (comme par exemple faire pousser des espèces inconnues de leur propre initiative) ; d’autre part, il manque dans leur pratique une vision long terme, plus stratégique, visant à anticiper les problèmes et ainsi rendre leur activité moins sensible aux aléas climatiques ou économiques. Cela passe notamment par une plus grande mutualisation de leur travail, notamment en créant un collectif de village, qui se réunirait de manière régulière pour partager les expériences et développer les connaissances agricoles.

Au cours de la formation, nous nous sommes ainsi essentiellement attachés à les encourager à tester de nouvelles espèces, plus rentables, sur leurs parcelles, et à rendre visite aux agriculteurs faisant preuve d’innovation pour avoir des idées.
Le Dr Narendra Joshi a donné deux exemples de cultures permettant un meilleur profit : d’abord la plante ayurvédique Shatavari, que de nombreux paysans aux alentours de Pune font pousser, et ensuite, l’Aloe Vera, qui bénéficie d’une forte demande internationale. En plus, ces espèces ne sont pas gourmandes en eau et peuvent pousser sur des champs situés en pente.

Le climat des villages du projet est propice à la culture de ces plantes, mais malheureusement, les agriculteurs n’ont jamais pensé à s’en procurer, préférant se concentrer sur les cultures connues.

Suite à cette première discussion, a émergé l’idée d’ouvrir un local pour les agriculteurs dans le village, dans lequel ils pourraient apporter des livres techniques et organiser des réunions mensuelles.

Dans un deuxième temps, le Dr Narendra Joshi a projeté deux documentaires. Le premier parlait du village de Vidharbha, dans lequel les agriculteurs se sont réunis en une forme de coopérative pour gagner en visibilité et mettre en place une « stratégie marketing » ; le second portait sur l’expérience très positive d’un fermier, M. Atul Bagal, du district de Solapur, qui a planté du moringa sur un hectare et demi et a fait grâce à cela un profit conséquent (450 000 roupies soit 6000€). Ces deux documentaires ont vraiment motivé et donné des idées aux participants.

Ensuite, Ashok Sarwade, Directeur de Rain Drop India, a initié le jeu du “marbre”, afin d’évoquer la la distribution et l’accaparement des ressources naturelles par l’élite économique et politique indienne, et l’inégale répartition de la richesse créée, en dépit du droit de chacun à y avoir accès.

Nous avons aussi parlé de la responsabilité collective à protéger ces ressources.

En conclusion, une formation riche et très intéressante, grâce aux nombreux sujets couverts !

Création de parcelles témoin

Dans le village de Dongarpimpla, nous avons développé deux parcelles témoin : la première dans le champ de M. Sahebrao Kendre, où nous avons planté des graines de tomate et de piments sur une petite portion (un 1/5ème d’hectare pour chaque culture, voir la photo des plants de tomate).
Une expérience similaire conduite auparavant à Tuljapur nous a aidés à monter ce projet : par exemple, nous avons utilisé le goutte-à-goutte et le paillage pour l’irrigation (permettant une meilleure gestion de l’eau), ou encore le treillage pour aider à assurer une meilleure qualité des tomates. Il s’agissait d’une méthode inconnue pour cet agriculteur.
Actuellement, les cultures poussent de manière satisfaisante ; nous avons bon espoir que ces végétaux constitueront une belle source de revenus pour M. Kendre !

La deuxième parcelle a été mise en place sur le terrain de M. Mohan Pawar. Sur 1/3 d’hectare, nous avons planté un mélange de graines : gombos, melon amer, haricot de guar, chou, aubergine. La principale motivation à faire pousser plusieurs légumes en même temps est la volatilité des prix de vente agricoles : disposer de plusieurs espèces lui permettra donc d’être moins vulnérable à ces variations de prix. Pour ces cultures, nous avons privilégié l’irrigation au goutte-à-goutte.
En ce moment, le champ se porte bien et M. Pawar pourra bientôt commencer à vendre le fruit de son travail….

Leave a Reply

You are donating to : Rain Drop

How much would you like to donate?
10 € 20 € 50 €
Would you like to make regular donations? I would like to make donation(s)
How many times would you like this to recur? (including this payment) *
Name *
Last Name *
Email *
Phone
Address
Additional Note
Loading...